Français Français   English English  
Le Père de l'Op Art
Victor Vasarely

A partir de 1960, la couleur éclate, dans les œuvres du "Folklore Planétaire". L'unité plastique est reprise "composée de deux éléments géométriques qui s'emboîtent l'un dans l'autre, se combinent, se permutent".

Avec ces unités bicolores, aux tons puissants ou contrastés, le plasticien invente son Alphabet Plastique qui concrétise une idée datant du début du siècle chez les artistes abstraits, celle de dégager une méthode qui permet la création d'un langage universel compréhensible par tous.

Cet alphabet plastique va devenir le point de départ d'un art collectif. Par le jeu des combinaisons et des permutations, une multitude de propositions devient possible en combinant les formes et les nuances des gammes définies par le plasticien. "L'avènement en art plastique d'une combinatoire de cette envergure offre un outil ayant un caractère universel, tout en permettant la manifestation de la personnalité comme celle des particularismes ethniques." Dans cet art combinatoire les éléments peuvent être codifiés ou programmés. Vasarely utilise les nouvelles techniques et technologies pour diversifier et composer des œuvres à l'infini. Ainsi les éléments peuvent être préfabriqués en utilisant des procédés industriels, les œuvres seront monumentales intégrées à l'architecture et à notre environnement urbain.

"L'avenir se dessine avec la nouvelle cité géométrique, polychrome et solaire. L'art plastique y sera cinétique, multidimensionnel et communautaire; abstrait à coup sûr et rapproché des sciences."

La Fondation Vasarely
La Fondation Vasarely
La Fondation Vasarely

De 1964 à 1976, Vasarely s'intéresse plus particulièrement à la structure cellulaire dans une série d'œuvres intitulée "l'hommage à l'hexagone" où les reliefs sont perçus en incessantes transformations, tantôt en creux , tantôt en relief. L'ambiguïté est accentuée par l'apport des gammes colorées créant un "perpetuum mobile en trompe l'œil", replongeant ainsi dans le domaine de l'optique qu'il avait abordé avec sa période noir-blanc. Puis, surgit la période "Gestalt", période architecturale entre toutes, inspirée du phénomène de la gestalt.

En 1965, il participe à l'exposition "Responsive Eye" au Musée d'Art Moderne de New York, consacré à l'Art Optique. Ce mouvement s'attache à suggérer le mouvement sans jamais le réaliser véritablement. Il institue de nouvelles relations entre les spectateurs et l’œuvre en provoquant la participation active de celui qui regarde. Le spectateur est libre d'interpréter l'image en autant de situations visuelles qu'il pourra en concevoir. Par le succès dont bénéficie cette tendance nouvelle, la presse et le public consacrent Vasarely, comme l’inventeur de "l’art optique".

La Fondation Vasarely
La Fondation Vasarely
La Fondation Vasarely

Poursuivant ses études sur le mouvement et la perception, Vasarely renoue avec le dessin dans sa période Vonal [1964-1970] où réapparaît le travail linéaire des zèbres, des réseaux et des naissances de sa période noir-blanc, avec l’apport de la couleur. Un aspect cinétique est engendré ainsi qu’une dimension spatiale par la répétition des lignes dans des proportions décroissantes au fur et à mesure que le regard pénètre dans le centre du tableau.

La Fondation Vasarely
La Fondation Vasarely

A partir de 1968, jouant sur la déformation des lignes, Vasarely définit ses "structures universelles", puis s’engage dans la célèbre période "Vega" où les gonflements induits par la déformation des éléments qui les composent, traduisent des formes qui s'échappent du plan pour créer ses spectaculaires volumes. A travers des œuvres telles que "Feny" (1963), "Vega Tek" (1968) et "Vega 200" (1968), le plasticien cherche à évoquer l'univers insaisissable des galaxies, les pulsations cosmiques et la mutation biologique de la cellule.

La Fondation Vasarely
La Fondation Vasarely
La Fondation Vasarely